Céphalanthère rouge

avec Pas de commentaire

Samedi nous organisions un stage photo pour apprendre à photographier les orchidées sauvages de Suisse. A quelques kilomètres de Lausanne, au pied du Jura, nous avons pu encore photographier 9 espèces dont les Ophrys bourdon, Ophrys abeille et un dernier Ophrys mouche épargné par la chaleur. Outre les Ophrys, nous avons découvert l’orchis homme-pendu, la Gymnadénie moustique, les Platanthères verdâtres et à deux feuilles, l’Epipactis pourpre-noirâtre et la Listère à feuilles ovales, plusieurs autres espèces étaient malheureusement défleurie comme la Néottie nid d’oiseau. La saison de floraison était bien avancée, beaucoup plus en avance que l’an dernier et le nombre de pieds bien inférieur à l’habitude, mais le groupe a pu néanmoins réaliser de belles photos.

Cephalanthera rubra – 17 juin – Vaud, Suisse
Ophrys apifera aurita – 17 juin – Vaud, Suisse

Stage photo en Suisse

avec Pas de commentaire

A 30mn de Lausanne, nous irons à la découverte des orchidées des pelouses sèches de Ferreyres. Nous y découvrirons plusieurs espèces et notamment le bel Ophrys bourdon (Ophrys fuciflora). Si les orchidées constituerons notre sujet principal, nous ne bouderons pas pour autant les autres plantes et insectes que nous rencontrerons.

Contenu indicatif : réglages de l’appareil, composition et cadrage, idées originales..
Matériel conseillé :
tout type d’appareil permettant de faire de la macro ou de la proxy
Tarif : 95 CHF
(ou 90€) pour la journée

Début de floraison en Suisse

avec Pas de commentaire

Si les orchidophiles plus au sud ont déjà pu voir plusieurs espèces d’orchidées, en Suisse romande les premières pointent à peine leur pétales. J’allais sur un site photographier l’Ophrys araignée – Ophrys sphegodes, que je savais en fleur depuis quelques jours, mais j’ai été surpris de rencontrer également l’Orchis brûlé – Neotinea ustulata en bonne partie épanouie. La saison début en Suisse, de manière assez précoce du fait du temps très doux de ces dernières semaines.

Ophrys bourdon vs Ophrys abeille

avec Pas de commentaire

On me demande souvent comment différencier l’Ophrys bourdon (Ophrys fuciflora) de l’Ophrys abeille (Ophrys apifera). Ayant croisé les deux hier dans la canton de Vaud en Suisse, je profite pour vous les présenter.

Ophrys bourdon

Ophrys bourdon (Ophrys fuciflora), 9 juin, Vaud – Suisse

Ophrys abeille

Ophrys abeille (Ophrys apifera), 9 juin, Vaud – Suisse

Si les deux possèdent des sépales roses, les pétales de l’Ophrys abeille sont normalement verts, mais le labelle est également très différent. Large et assez quadrangulaire chez l’Ophrys bourdon, il est arrondi chez l’Ophrys abeille et le dessin de la macule chez ce dernier est très caractéristique.

Ophrys fuciflora demangei

avec Pas de commentaire

Le groupe des Ophrys fuciflora est un vrai casse-tête depuis des années. On y trouve en effet des variations locales lui conférant une forme intermédiaire avec l’Ophrys scolopax et qui à valu à ces plantes le nom d’Ophrys pseudoscolopax. Loin d’être satisfaisante, cette appellation était un véritable fourre-tout dans lequel il était difficile de s’y retrouver. Aujourd’hui les auteurs avancent un découpage de ces plantes sous différentes appellations :

  • Ophrys elatior : tardif, il pousse dans les clairières de ripisylves dans la vallée du Rhône
  • Ophrys aegertica : également tardif, on le retrouve autour du Gers sur les terrasses alluviales de la basse vallée du Rhône
  • Ophrys gresivaudanica : tardif, il possède de petites fleurs et se situe tant en plaine qu’en pelouses collinéennes
  • Ophrys souchei : tardif, il pousse sur les terrasses alluviales de la basse vallée du Rhône
  • Ophrys fuciflora ssp. montiliensis : tardif, il pousse dans les clairières de ripisylves autour de Montélimar
  • Ophrs druentica : précoce, il se trouve dans l’est de l’Ardèche, l’est de la Drôme, le Vaucluse et probablement dans les Hautes-Alpes, le Var et les Alpes-Maritimes.
  • Ophrys brachyotes : pousse en basse altitude et possède un labelle d’aspect carré
  • Ophrys linearis : possède de longs pétales et pousse près du littoral méditerranéen dans les Bouches-du-Rhône, le Var et les Alpes-Maritimes.

A ces différents taxons, il convient dorénavant de considérer également :

  • Ophrys fuciflora ssp. demangei : floraison précoce, petites fleurs possédant un labelle globuleux. Pousse dans les pelouses sèches et garrigues à thym et aphyllante du sud-est de la France et notamment dans la Drôme.

Ophrys fuciflora demangei

 

Si les connaissances sur ce groupe d’Ophrys évolue, il n’en reste pas moins difficile à déterminer avec certitude pour qui ne connais pas bien les taxons proches.