Clap de fin : Spiranthe d’automne

avec Aucun commentaire

Chaque année la saison des orchidées indigènes s’achève avec la floraison de la Spiranthe d’automne – Spiranthes spiralis. Je suis allé leur rendre visite hier dans le Valais suisse. Bien que certains pieds soient déjà bien avancés, d’autres étaient encore en boutons.

Spiranthes spiralis – 9 septembre – Valais, Suisse

Spiranthe d’été vs Spiranthe d’automne

avec Aucun commentaire

Le genre Spiranthes est largement réparti, s’étendant de l’Amérique du Nord à l’Asie et l’Australie. En Europe, seules 4 espèces sont présentes et seulement 2 en France et en Suisse. La première à fleurir est la Spiranthe d’été – Spiranthes aestivalis qui s’épanouit entre juin et août. La seconde plus tardive, la Spiranthe d’automne – Spiranthes spiralis, est la dernière orchidée de la saison avec une floraison qui varie entre fin août jusqu’en octobre. Outre ces différences de phénologie, les deux espèces occupent des biotopes très différents. Spiranthes aestivalis pousse sur des sols gorgés d’eau (marécages, tourbières) alors que Spiranthes spiralis préfère des sols secs (pelouses calcaires, dunes littorales, prés maigres). Enfin, si les deux espèces ont une morphologie assez proche, Spiranthes aestivalis présente une allure « en bataille », avec des fleurons plutôt opposés les unes aux autres alors que Spiranthes spiralis présente une rangée de fleurons bien ordonnés.

Spiranthes aestivalis

Spiranthes spiralis

Sortie au pied du Jura

avec Aucun commentaire

Dans une tourbière située en Suisse au pied du massif du Jura, je suis allé rendre visite aux Spiranthes d’été – Spiranthes aestivalis. La floraison était un peu avancée mais de nombreux pieds étaient encore bien frais. Les autres espèces d’orchidées du site étaient en revanche toutes passées, seule un Epipactis des marais – Epipactis palustris possédaient encore des fleurs visibles. En lisière, parmi les Epipactis à larges feuilles – Epipactis helleborine je me suis arrêté sur une pied particulièrement coloré.

Epipactis helleborine – Spiranthes aestivalis – 2 août – Vaud, Suisse

Epipactis à feuilles pendantes

avec Aucun commentaire

L’Epipactis à feuilles pendantes – Epipactis phyllanthes se trouve sur la frange atlantique où il pousse dans les dunes boisées. Pour ma part c’est en Vendéen que je l’ai croisé cet été. Il s’agit d’une orchidée difficile à photographier du fait de ses fleurs fortement recourbées vers le bas et globalement peu ouvertes. De plus, lors de ma visite, la plupart des pieds étaient déjà en fin de floraison.

Epipactis phyllanthes – 21 juin – Vendée, France

Retour sur le stage en Vanoise

avec Aucun commentaire

Fin juin, j’encadrais un stage photo en Vanoise à la découverte de la faune et de la flore. Nous avons eu la chance de photographier de nombreux papillons (Mélitée alpine, Ecaille alpine, Apollon, Semi-Apollon…), des marmottes, des fleurs variées (Edelweiss, Pulsatille printanière, Pulsatille des Alpes, Cématite des Alpes…) ainsi que de nombreuses orchidées évidemment.

Dactylorhiza fuchsii (lusus) – Dactylorhiza alpestris – D. incarnata subsp. cruenta X D. fuchsii – Gymnadenia rhellicani

Traunsteinera globosa – Dactylorhiza viridis – Orchis militaris

Dactylorhiza incarnata subsp. cruenta – Orchis mascula subsp. speciosa

Orchidées du Creux-du-Van

avec Aucun commentaire

A l’occasion d’un stage photo au Creux-du-Van (Suisse), j’ai pu montrer aux participants différentes espèces d’orchidées : Dactylorhize grenouille – Dactylorhiza viridis, Dactylorhize de Fuchs – Dactylorhiza fuchsii, Orchis globuleux – Traunsteinera globosa, Orchis brûlé – Neotinea ustulata, Listère à feuilles ovales – Neottia ovata et les derniers Orchis mâle – Orchis mascula. Parmi les nombreux pieds obesrvés, nous avons trouvé un exemplaire de Dactylorhize de Fuchs qui présentait la particularité d’avoir un labelle dépourvu des dessins caractéristiques de l’espèce.

Dactylorhiza fuchsii atypique / Neotinea ustulata – 1er juillet – Vaud, Suisse

Gymnadenia x intermedia

avec Aucun commentaire

Les hybrides de Gymnadénies sont assez fréquents car ils sont souvent sur les même sites. Aujourd’hui, dans une tourbière je suis tombés sur plusieurs pieds de Gymnadenia x intermedia (G. conopsea X G. odoratissima) caractérisés par un éperon plus long que la Gymnadénie odorante – Gymnadenia odoratissima mais plus cours que la Gymnadénie moustique – Gymnadenia conopsea. La forme du labelle est proche de celui de la Gymnadénie odorante mais la taille de la fleur est celle de la Gymnadénie moustique.

A gauche : Gymnadenia conopsea – Au centre : Gymnadenia x intermedia – A droite : Gymnadenia odoratissima
15 juin – Vaud, Suisse

Dactylorhiza ×thellungiana

avec Aucun commentaire

La détermination des Dactylorhizes est souvent compliquée, les populations d’hybrides rendent la tâche encore plus ardue. Cette semaine, lors d’un stage photo, nous avons pu croiser de nombreux pieds de Dactylorhiza ×thellungiana, il s’agit de l’hybride Dactylorhiza incarnata X Dactylorhiza traunsteineri.

Rangée du haut : D. incarnata X D. traunsteineri – 3 juin – Vaud, Suisse
Rangée du bas 1 :
Dactylorhiza incarnata – 3 juin – Vaud, Suisse
Rangée du bas 2 :
Dactylorhiza traunsteineri – 3 juin – Vaud, Suisse

1 2 3 4 13