Gymnadénie moustique vs. Gymnadénie odorante

avec Pas de commentaire

Dans un marais du Valais, j’ai pu croiser ces derniers jours les deux Gymnadénies présentes en Suisse. Pour les différencier, le critère le plus simple est de se fier à la longueur de leur éperon. La Gymnadénie moustique (ou Orchis moustique) – Gymnadenia conopsea, possède un éperon très long alors que l’éperon de la Gymnadénie odorante – Gymnadenia  odoratissima est court, plus court que l’ovaire. G. odoratissma se trouve exclusivement dans des marais alcalin très humide alors que G. conopsea préférera les milieux plus secs. L’hybride entre les 2 peut être difficile à identifier, il ne faut pas le confondre avec G. pyreniaca (G. longicalcarata selon les auteurs) qui pousse de manière très localisées sur coteaux calcaires très secs.

Orchis très odorant (Gymnadénie) - Gymnadenia odoratissima Gymnadenia odoratissima - 1er juin - Valais, Suisse
Orchis moustique, Gymnadénie - Gymnadenia conopsea Gymnadenia conopsea - 1er juin - Valais, Suisse

 

Platanthère à deux feuilles vs. Platanthère verdâtre

avec Pas de commentaire

La Platanthère à deux feuilles – Platanthera bifolia et la Platanthère verdâtre – Platanthera chlorantha se ressemblent forcément puisqu’elles appartiennent au même genre. Pourtant il est assez aisé de les différencier. Il suffit de regarder au cœur de la fleur , les anthères (sacs de pollen) sont parallèles et très rapprochées chez la Platanthère à deux feuilles alors qu’elles sont inclinées et éloignées chez la Platanthère verdâtre. Plus difficile à identifier, l’hybride présente des anthères parallèles mais écartées.

Platanthera bifolia – 27 mai – Valais, Suisse

Platanthera chlorantha– 8 mai – Touraine, France

Orchis mâle vs Orchis bouffon

avec Pas de commentaire

Le néophyte se perd parfois dans la détermination des orchidées et je vois fréquemment des erreurs pourtant simples à corriger. Dans les prairies d’alpages suisses, se côtoient par exemple l’Orchis mâle – Orchis mascula (ou Androrchis mascula) et l’Orchis bouffon – Anacamptis morio. Ces deux orchidées n’ont en commun que leur couleur. Généralement plus grand et plus élancé, l’Orchis mâle possède deux sépales latéraux relevés ressemblant à des oreilles de lapin. Chez l’Orchis bouffon, les sépales sont recourbés et forment un casque. Ils présentent toujours des rayures vertes qui rendent cette orchidée immédiatement identifiable.


Orchis mâle – Orchis mascula

Orchis bouffon – Anacamptis morio

Goodyère rampante

avec Pas de commentaire

Partis chercher l’Epipogon sans feuille (Epipogium aphyllum), c’est finalement seulement quelques pieds de Goodyère rampante que nous avons croisé hier dans la Valais suisse. Alors qu’il y a 5 ans nous avions trouvé à la même date plusieurs pieds de Céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra) encore bien en fleurs, des Epipactis à larges fleurs (Epipactis helleborine) et plusieurs dizaines d’Epipogons sans feuille, cette année, les Céphalanthères rouges sont déjà toutes en fruits, les Epipogons sans feuille restent introuvables et les Epipactis à larges fleurs commencent à être tous bien défraîchis. Par contre la rareté des orchidées nous a incité  à une prospection plus pousséeet nous aura permis de découvrir sur le site la Goodyère rampante (Goodyera repens) que nous ne connaissions pas à cet endroit. Bien que majoritairement en fin de floraison quelques pieds étaient encore frais avec même des boutons encore fermés.

Goodyère rampante (Goodyera repens) – 4 août – Valais, Suisse

Goodyère rampante (Goodyera repens) – 4 août – Valais, Suisse